La monomaniaque

Publié le par geg

Une tête et un regard.

Publié le 2 mars 2008 par geg

C'est certainement ça la magie du regard qu’on regarde dans une peinture, c'est cette impression de vie qui en émane.
Alors que tout autre réalisme traduit par le peintre reste peinture.
Pourquoi le regard échappe à cette règle ?
Peut-être que justement le regard se situe au delà d'une représentation objective, parce que la profondeur du regard est comme un trou noir, au delà du visible.
On peut peindre une larme, un point de lumière, une ombre portée sous la paupière, l'iris et la pupille, chaque cil, la poussière, la couleur...

Concernant l’expression d’un regard, il faut s'en remettre au hasard.

Que l’expression surgisse de la matière

La monomaniaque: 100 x 80. Acry sur toile et marouflages. 2008. Collection privée. Hommage rendu aux regards. Peinture faite en hommage aux portraits peints par Géricault. L’artiste  a réalisé une série de  portraits à la Pitié –Salpétrière.  Peintures tragiques de ces « fous « qu’on nommait à l’époque « monomaniaques ».

La monomaniaque: 100 x 80. Acry sur toile et marouflages. 2008. Collection privée. Hommage rendu aux regards. Peinture faite en hommage aux portraits peints par Géricault. L’artiste a réalisé une série de portraits à la Pitié –Salpétrière. Peintures tragiques de ces « fous « qu’on nommait à l’époque « monomaniaques ».

Commenter cet article