Faire la trace ou en laisser une

Publié le par geg

Cet hiver si généreux en chutes de neige laissera une trace dans ma mémoire. Dès maintenant, même si un horrible effet de réchauffement se produisait, ce millésime 2013 sera une référence .. on en parlera longtemps au coin du feu, on en causera dans les cabanes, dans les refuges en attendant la soupe chaude et le pain que l'on trempe dedans, on évoquera la hauteur de neige sur les chalets d'Ayères ou d'ailleurs...
On dira les 6 mètres tombés en Pyrénées, les 400cm du massif du Mt Blanc.. Vous vous rendez compte, 400cm le 15 février vers 2500m...
Et pendant ce temps là, le pape démissionne, le Vatican est aux abois, un poste de cadre supérieur se libère.. Et pendant ce temps un homme s'immole devant une agence de pôle emploi.. Pendant ce temps, un certain Jack Lang retrouve un job à l'institut du monde Arabe.. (on sait son amour des petits enfants Marocains..) ce qui doit justifier cette promotion...Pendant ce temps, on frôle les 25% de chômeurs chez les moins de 25 ans en France, oui... ici en France..!
Mais revenons à mes moutons, le plaisir de cet hiver qui accélère à lui tout seul la notion d'éphémère.. Une trace faite et aussi vite recouverte par cette neige volubile..Je redécouvre le plaisir des lieux qui rebutent la plupart des randonneurs.
Là ou la trace est affaire de jambes qui se la coltine..
J'ai l'exemple de la face sud de l'Etale , la semaine passée, le Charvet hier.. avec chaque fois la trace à faire, se faire un passage dans la peuf.
Là, seuls au monde à la recherche du meilleur cheminement, aux aguets lorsque la pente devient plus raide.. Retrouver enfin ce qui fait la magie de la montagne en hiver ..
La sensation si forte d'être en vie , le souffle court et le rire partagé là haut quand la trace s'arrête net sur le plus haut des flocons..

etale-10.jpg

En montant vers la face sud de l'Etale février 2013

Publié dans sans-pitre

Commenter cet article